Guadadvent.org
Site Chrétien Adventiste en Guadeloupe
Nous sommes le Lundi 23 Janvier 2017
S'identifier |
Apocalypse 14.7
Il disait d'une voix forte: Craignez Dieu, et donnez-lui gloire, car l'heure de son jugement est venue;
et adorez celui qui a fait le ciel, et la terre, et la mer, et les sources d'eaux.
Apocalypse 22.12
Voici, je viens bient√īt, et ma r√©tribution est avec moi, pour rendre √† chacun selon ce qu'est son oeuvre.
Jean 3.16
Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.
Ecoutez sur Radio Guadadvent
Etude sur différents sujets de la Bible

La Bible est la Parole de Dieu
Nous croyons qu'elle renferme les secrets du caractère de Dieu et le plan de son salut pour les hommes : Jésus-Christ.
La Parole de Dieu nous dit en parlant d'elle-même que "toute Ecriture" est inspirée de Dieu 2 Timothée 3:16.
Nous vous proposons quelques études autour de la Parole de Dieu, la Bible.

Que Dieu vous bénisse tous abondamment .

Etudes Bibliques: LE ¬ę MAUVAIS ¬Ľ BON GARCON ; Etudes sur la Parole de Dieu sur différents sujets, site chrétiens Adventiste en Guadeloupe Guadadvent Gwadadvent
LE ¬ę MAUVAIS ¬Ľ BON GARCON
Semaine de prière et de réflexion JA Guadeloupe | Département JA Guadeloupe |
03/02/2008 | 8134 vues | coms (3)
Luc 15 : 11 - 24
Ce texte bien connu est très mal apprécié au point qu'on ne lui trouve plus rien d'anormal ou de paradoxal.
Pourquoi avons-nous choisi un texte si banal pour commencer une semaine de pri√®re intitul√©e : ¬ę Les surprises de la gr√Ęce ¬Ľ !
Aujourd'hui cette histoire, est l'une des mieux connues de la Bible. Mais elle a certainement choqué ses premiers auditeurs et lecteurs. En la racontant, Jésus a révolutionné la pensée de l'époque et a rendu furieux les gens religieux de son temps.
Nous commençons par cette histoire, car nous sommes convaincus qu'aujourd'hui encore elle peut
révolutionner la pensée des chrétiens. Pour cela, cherchons à la lire comme si elle émanait directement de la bouche de Jésus.
La premi√®re partie de la parabole se pr√©sente comme une pi√®ce de th√©√Ętre en plusieurs actes.

Acte 1 : La révolte
Aimez-vous les films dont la fin est inattendue ? Mais que penser d'un début inattendu ?
Qu'est-ce que cela peut bien vouloir dire ? Cette histoire commence d'une façon très inhabituelle.
Il est d'ailleurs étonnant que ce soit le plus jeune qui parle le premier. Dans la culture de cette
√©poque, les jeunes sont en g√©n√©ral les derniers √† prendre la parole. Remarquons, par exemple, chez les amis de Job, c'est le plus jeune, Elihou, qui intervient le dernier ; apr√®s que les plus √Ęg√©s se soient exprim√©s.
Ainsi, dans un récit traditionnel, les jeunes parlent les derniers.
Mais ici c'est un jeune ¬ę non conventionnel ¬Ľ, un rebelle d√©sireux de briser la tradition, de changer
l'ordre dans la société et d'imposer ses idées.

L'autre élément choquant dans ce récit est que ce jeune demande sa part de l'héritage.
Cela peut nous para√ģtre sans importance aujourd'hui. Qu'y ¬Ė a-t-il de mal √† demander ce qui nous revient ?
A cette époque une telle demande, c'est à dire prendre possession de l'héritage du vivant du père, était inacceptable. Il était possible de partager l'héritage lorsque le père était mourant ou s'il se remariait, afin de protéger les enfants du premier lit. Même dans ce cas, les fils n'avaient le droit de jouir de l'héritage qu'après la mort du père.
Comprenez-vous qu'ici nous avons affaire √† un drame familial inhabituel ? Le fils est non seulement impatient de poss√©der et de g√©rer l'h√©ritage, mais il rejette son p√®re. Il semble dire : ¬ę Papa, pour moi tu es d√©j√† mort, tu n'existes plus, je me fiche de toi, tout ce qui m'int√©resse, c'est ton fric. ¬Ľ

Cette histoire sonne tr√®s actuelle ! Voici un homme qui ne veut rien avoir affaire avec Dieu, mais il veut jouir de tout ce que Dieu poss√®de. Il s'exprime ainsi ¬ę Pour moi Dieu est mort. Je suis le ma√ģtre. Je ne veux personne au-dessus de moi. ¬Ľ
La chose la plus √©tonnante dans le premier acte de cette histoire non traditionnelle est l'attitude du p√®re. Il ne dit rien, bien que son opinion f√Ľt la plus importante dans la famille, elle avait valeur de loi.

Une autre surprise est que le père répond favorablement au désir de son fils.
Les auditeurs de Jésus pouvaient éventuellement accepter le silence du père insulté et offensé. Mais que le père donne ce que le fils demande, c'en était trop. Cela signifiait non seulement qu'il bafouait la dignité paternelle, mais aussi qu'il foulait aux pieds les traditions de la société.
Ainsi J√©sus montre que la gr√Ęce de Dieu n'a pas de limites. Dieu dans sa g√©n√©rosit√©, son affection et son amour de la libert√©, est pr√™t √† tout nous accorder. Il est pr√™t √† ignorer ses sentiments de p√®re.
Incroyable !

Un autre point √©trange dans ce r√©cit est le silence du fils a√ģn√©.
On ne doit pas exagérer ce fait, mais on ne peut tout de même pas l'ignorer.
Que signifie ce silence ? Pourquoi ce fils ne r√©agit-il pas ? Il n'est cependant pas indiff√©rent √† ce qui se passe, parce que cela le concerne personnellement. L'histoire nous dit que le p√®re avait partag√© son bien entre les deux fils. Ce qui signifie que l'a√ģn√© avait droit √† sa part d'h√©ritage. Cela sous entend t- il qu'il aurait accept√© la situation sans r√©sister.
N'est-il pas secrètement heureux de ce qui se passe ? N'a-t-il pas rêvé de la même chose ? N'est-il pas aussi un rebelle, mais qui ne s'exprime pas ?
Bien des gens, dans leur cœur, se révoltent contre Dieu, mais ne l'extériorisent pas. Quelque chose les retient. Cela peut être leur éducation religieuse ou la peur. Ces derniers portent le masque de la religiosité, mais dans leur cœur demeurent des rebelles.

Dans ce récit non seulement le fils se révolte mais il s'éloigne aussi de son père.



Acte 2 : L'éloignement
Le fils cadet se rend dans un pays lointain.
Pourquoi une séparation si radicale ? Il aurait pu louer une maison dans le quartier. En effet, ce n'est pas uniquement dépenser l'argent de son père qui l'intéresse. Mais il veut aussi se séparer de lui et être à mille lieux de tout ce qui lui rappelle ses origines.
A pr√©sent, il se trouve loin de son pass√©, loin de tout contr√īle, loin de ses racines, de ses principes, loin de sa moralit√©.
Que devient-il là-bas ?
Tout d'abord il m√®ne une vie d√©brid√©e. Il dilapide tout ce qu'il poss√®de. Mais il a vite fait de revenir √† la r√©alit√©. Loin de toute interdiction, il d√©couvre qu'il est incapable de ma√ģtriser la situation. A aucun moment il n'a pens√© vivre une telle situation. Il n'a pas cru que sa vie allait prendre un tel tournant. Le voil√† sans un sou, sans un toit. Que faire maintenant ? Vers qui se tourner ?
Pensons nous à l'échec lorsque nous sommes jeune, plein d'énergie, la tête remplie de rêves et de projets ? Au contraire nous rêvons de devenir riche, d'avoir du pouvoir et d'être heureux.
A la place de cela, le voilà ruiné !
C'est terrible de sentir votre vie filer entre vos doigts.
Lorsqu'un jeune est pr√®s de Dieu sa vie est harmonieuse et ordonn√©e. Il sent capable de faire face aux difficult√©s. Mais quand il s'en √©loigne, il perd tout contr√īle de lui-m√™me.

La seconde conséquence de son l'éloignement est une brusque dégradation de sa condition matérielle aboutissant directement à la misère.
Pendant qu'il avait de l'argent, il pouvait s'amuser avec ses amis, filles et garçons. On recherchait sa présence et il était respecté. Maintenant il est fauché. Il se trouve dans une extrême pauvreté, situation qu'il n'a jamais connue auparavant. Dans la maison de son père, c'était l'abondance. Il n'avait aucune idée de ce que pouvait signifier être pauvre.
Maintenant il est un ¬ę vagabond ¬Ľ. Quelle souffrance !
Pensez au vide que l'on ressent quand on s'éloigne de Dieu. Tout à coup on s'aperçoit de l'immense manque que rien ni personne ne peut combler. Rien ne nous satisfait.

Mais la pauvreté n'est pas la conséquence la plus grave de cet éloignement. En plus de son argent le fils perd quelque chose de plus précieux encore : sa dignité.
Dans ce r√©cit, J√©sus fait ressortir les extr√™mes. Un juif devient l'employ√© d'un pa√Įen, mais pas de n'importe quel pa√Įen. Il devient l'employ√© d'un √©leveur de cochons. C'est impensable, quand on sait que le cochon est un animal impur et r√©pugnant pour les Juifs.
Dans la Mishna il est écrit:
¬ę A la venue du Messie, les cochons qui sont l'habitation naturelle des d√©mons, devront se cacher et les √©leveurs de porcs risqueront la mort. ¬Ľ
Notre héro a touché le fond du gouffre, il ne peut tomber plus bas. Il ne lui reste d'autre choix que de s'humilier ou de mourir de faim. Il perd le peu de dignité qui lui reste.
Et pour aggraver sa tragédie, le patron se moque de lui, en lui interdisant de manger la nourriture des porcs. Il vaut moins qu'une bête.
La pire de tout c'est la perte de sa dignité, de son identité et de ses principes. Quand on en arrive là, on ne sait plus qui on est et pourquoi on vit. Lorsque vous perdez de l'argent ou un travail, il vous reste encore votre honneur. Mais lorsque vous perdez ce dernier, vous n'êtes plus rien.
Entrons dans l'acte suivant de l'histoire.
En atteignant le fond du gouffre, on est forcé d'admettre qu'on est perdu.
Et le fils prodigue rentre en lui-même. Nous appellerons cet acte : rentrer en soi-même.

Acte 3 : Rentrer en soi - même
La dure réalité à laquelle il doit faire face le rend conscient de son état et une image lui revient souvent à l'esprit, celle de cet endroit même qu'il a fuit sans aucun regard en arrière. C'est le lieu même ou les serviteurs mangent en abondance. Puis, devant son esprit se présente une image. Une image dont il a voulu s'échapper de toutes ses forces : celle de la maison de son père.
A cet instant pr√©cis le fils reconna√ģt sa culpabilit√©. C'est maintenant seulement qu'il admet avoir mal agi et il d√©cide de renter √† la maison.
Mais à quoi rime ce retour sur soi-même ? Est-ce une repentance ? Jusqu'à quel point ? Si toutes les routes, sauf une, sont bloquées, reste-t-il encore un choix ? Quelle est la valeur de sa repentance en ce moment ? Quelles sont ses intentions ?
Il se peut que ces questions vous pr√©occupent o√Ļ peut-√™tre avez vous toujours consid√©r√© cet acte comme celui de la grande repentance. Mais le retour entier sur soi-m√™me et la repentance compl√®te appara√ģtront plus loin dans le r√©cit.
Il n'y a aucun doute sur la réalité de ses sentiments, sur le fait que son chagrin et sa douleur sont énormes et que son désir de changer est sincère.

Mais consid√©rez pour un instant son plan : il veut retourner √† la maison de son p√®re et devenir un simple employ√©. Cela signifie travailler, recevoir un salaire, mais ne pas habiter dans la maison paternelle, parce que les employ√©s n'habitaient pas dans la m√™me maison que le ma√ģtre.
Son plan est de regagner son statut social. Il travaillera, il réparera les dommages causés à son père, et il gardera son indépendance.
Apparemment il n'espère pas être réintégré dans la famille, il n'y pense même pas.
Se pourrait-il que tu appartiennes à cette catégorie de chrétiens qui s'efforce de créer une telle
relation avec Dieu ? Veux-tu √™tre pr√®s de lui, mais sans perdre ton ind√©pendance ? Veux-tu essayer de compenser par tes propres ¬úuvres les d√©g√Ęts caus√©s par tes p√©ch√©s? Veux-tu, pour ainsi dire, acheter ton salut ?
Une telle repentance, quelle qu'en soit la profondeur omet le plus important : la compréhension que l'homme ne peut rien faire pour se libérer de son péché.

Acte 4 : Le retour
Jésus persiste à choquer ses auditeurs.
Comment le fils sera-t-il reçu ?
Deux possibilités nous sont proposées.
Premi√®rement, le fils pouvait √™tre excommuni√© de sa famille. Il s'agissait d'un rituel o√Ļ toute la famille √©tait r√©unie sur une place publique, puis un vase contenant des noix et du bl√© √©tait renvers√© sur le sol pendant que tous √©mettaient de grands cris. C'√©tait une fa√ßon de d√©clarer qu'une personne ne faisait plus partie de la famille.

Deuxi√®mement, l'individu b√©n√©ficiait d'une p√©riode d'essai : ¬ę Acceptons-le comme employ√©, qu'il rembourse l'argent, observons si sa repentance est sinc√®re, puis nous verrons ce que nous ferons de lui. ¬Ľ

Jésus par contre, présente une troisième option qui est incroyable : le père court vers le fils et l'embrasse. Le père fait un geste inconcevable pour une personne de son rang. Il s'humilie pour éviter que son fils ne le soit.
Devant cette situation le fils change de propos. Il n'est plus question de devenir un employé.
Pourquoi ?
Imaginez la tristesse du père. Son fils s'était présenté à lui comme un simple employé. Cela voudrait dire qu'il se considérait toujours comme un étranger.
Non ! Le fils ne peut prononcer ce mot, et bafouer l'amour du père.
Il comprend qu'il est accept√©, tel qu'il est et que l'amour, la g√©n√©rosit√© et la gr√Ęce de son p√®re ne peuvent √™tre gagn√©s par aucun moyen au monde.
C'est gratuitement que Dieu accepte le p√©cheur et son salut lui est offert gracieusement. Le prix est si √©lev√© qu'aucun homme si riche soit ¬Ė il ne pourrait le payer.
La vraie repentance reconna√ģt tout cela.
Nous arrivons au dernier acte qui est le plus beau.
Acte 5 : Le rétablissement
Le fils redevient un fils. Dans cet acte, le réhabilitation est symbolisé par trois objets : une robe, une bague et des sandales. La robe est la plus belle pièce de la garde-robe du père. Celle qu'il porte aux occasions les plus solennelles. Celle là même qui permettait qu'on le reconnaisse de loin. Elle était le symbole de son rang dans la société, de son autorité et de sa dignité.
La dignité perdue du fils est recouverte par celle de son père.
La bague est le symbole de l'autorité du père. La bague est le signe de son autorité. En donnant son anneau à son fils, il lui renouvelle sa confiance.
Les sandales doivent le distinguer des employ√©s de cette maison qui eux marchent pieds nus. Le fils sera un jour le ma√ģtre et non un serviteur. C'est l√† le souhait du p√®re.

Conclusion
N'est ¬Ė ce pas formidable que le p√©cheur ait la possibilit√© de retourner √† Dieu, de pr√©tendre √† son pardon et qu'en plus Dieu lui offre une r√©habilitation compl√®te. Dieu nous donne sa justice et sa dignit√©, il nous accorde une confiance compl√®te et nous accepte comme ses enfants.
Comme une cerise sur le g√Ęteau, il organise la plus belle f√™te qui n'ait jamais √©t√© c√©l√©br√©e en notre honneur.
Le paradoxe de la foi chrétienne est que même si vous avez tout perdu vous pouvez le retrouver, et ceci sans faire quoi que ce soit pour le mériter. Dans ce contexte, ce n'est pas le coupable qui est humilié, mais l'innocent.
C'est un paradoxe que Jésus, au lieu de parler de l'horreur du péché, nous montre avec quelle facilité Dieu nous accepte.
N'y a ¬Ė t-il pas un danger ? Une telle attitude ne pourrait-elle pas encourager l'homme √† p√©cher sans vergogne ?
Cela peut para√ģtre paradoxal, mais c'est l'immense amour de Dieu qui nous prot√®ge le mieux du p√©ch√©.
Il y a un lieu o√Ļ vous pourrez toujours retourner apr√®s avoir p√©ch√© et recommencer une vie nouvelle, avec de nouvelles forces, de nouveaux r√™ves et une nouvelle dignit√©. Qu'importe la situation dans laquelle vous pourriez vous trouver. D√ģtes ¬Ė vous bien qu'il vous reste encore une issue : celle de la maison. Il y a une porte qui reste toujours ouverte. Il existe un Dieu aimant pr√™t √† vous serrez dans ses bras.
Ayez le courage de retourner
 
3 commentaires | ajouter un commentaire
marlyse | 11-08-2008
Merci SGR parce que tu ne regardes à nos péchés quand nous revenons à toi.
Tu fais de nous des personnes nouvelles, reçois la gloire au nom de JESUS
AMEN
 
esrela | 23-05-2009
merci Seigneur pour les bras que tu me tends chaque fois que je viens à toi comme pécheur pour me purifier de toute mes fautes.merci de tout mon coeur Seigneur JESUS CHRIST.AMEN.
 
jessica | 27-04-2011
grandement merci papa pour ta gr√Ęce, ta bont√©, ton AMOUR, sans quoi nous serions tous perdus
 
36 autres sujets disponibles
bibleinfo.com | bibleinfo | 06/12/2013 | 4537 vues | coms (1)
 
Cette √©tude a √©t√© r√©alis√© avec comme support la Bible Louis Segond 1910 , tous les commentaires sont originaux , l¬íauteur Bergina David est un La√Įc Adventiste du Septi√®me jour en Guadeloupe . Guadadvent Avril 2007 | Bergina David | 14359 vues | coms (11)
 
28-08-2009 | 6063 vues | coms (0)
 
Trois Anges | 12/08/2008 | 11701 vues | coms (5)
 
Bergina Carole | Bergina Carole | 13249 vues | coms (9)
 
Bergina David et Carole | Bergina David et Carole | 11190 vues | coms (1)
 
12487 vues | coms (2)
 
7399 vues | coms (2)
 
8006 vues | coms (0)
 
www.sourcedevie.com | Henri VIAUD-MURAT | 14/01/2008 | 14584 vues | coms (5)
 
7470 vues | coms (1)
 
jesusinsight | jesusinsight | 5/08/2007 | 6949 vues | coms (0)
 
13836 vues | coms (1)
 
8878 vues | coms (3)
 
Guadadvent | Bergina David | 18/10/2013 | 3691 vues | coms (2)
 
8700 vues | coms (4)
 
Jean Espérandieu | Jean Espérandieu | 7960 vues | coms (2)
 
jesusinsight | jesusinsight | 5/08/2007 | 10906 vues | coms (2)
 
Priorités | J.Vladimir Polanco | 14/09/2015 | 1328 vues | coms (0)
 
Bergina David | 16/09/2007 | 15643 vues | coms (3)
 
8787 vues | coms (0)
 
Priorité | Alejandro Bullon | 16/09/2015 | 1491 vues | coms (0)
 
www.guadadvent.org | David Bergina | 07/08/2015 | 5974 vues | coms (2)
 
Semaine de prière des JA en Guadeloupe | Département JA Guadeloupe | 04/02/2008 | 8371 vues | coms (1)
 
8264 vues | coms (0)
 
Eglise Adventiste de Pierrefitte ( 93 ) | Céline AZEROT | 20/01/2011 | 7216 vues | coms (1)
 
voxdei | 6/04/2008 | 10139 vues | coms (2)
 
Ellen Write | 7919 vues | coms (2)
 
15117 vues | coms (2)
 
16812 vues | coms (3)
 
Pasteur Fred NAVRER Responsable Ministères Personnels et communications Eglise Adventiste de la Guadeloupe . | Pasteur Fred Navrer | 24042 vues | coms (26)
 
Les 27 croyances | Les 27 croyances | 8877 vues | coms (1)
 
Discover online | La voix de l'espérance | 12/08/2008 | 23999 vues | coms (0)
 
7931 vues | coms (2)
 
Sébastien Théret | 26/06/2009 | 8690 vues | coms (1)
 
www.guadadvent.org | David Bergina | 28/09/2014 | 4551 vues | coms (4)
 
<strong>Jérémie 29:11</strong>
<br>
Car je connais les projets que j'ai formés sur vous, dit l'Eternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l'espérance. <strong>Jean 3:16</strong>
<br>
Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle. <strong>Jean 8:36</strong>
<br>
Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres. <strong>Romains 6:23</strong>
<br>
Car le salaire du péché, c'est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur. <strong>Jean 15:11</strong>
<br>
Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. <strong>Philippiens 4.19,20</strong>
<br>
19 Et mon Dieu pourvoira à tous vos besoins selon sa richesse, avec gloire, en Jésus-Christ. <br>
20 A notre Dieu et Père soit la gloire aux siècles des siècles! Amen!
Lecture du jour 22   (22 Janvier)
  • Gn 41
  • Mt 16
     Versets en image
ÔĽŅ
72 visiteurs en ligne
 
dont 1 sur cette page
Les 5 Derniers inscrits
jpp82751
jpp82751
jpp82751
Inscrit le: 23-01-2017
> Visiter le profil
piticu
piticu
piticu
Inscrit le: 23-01-2017
> Visiter le profil
Lydee
Lydee
Lydee
Inscrit le: 21-01-2017
> Visiter le profil
pierrejohn
pierrejohn
pierrejohn
Inscrit le: 18-01-2017
> Visiter le profil
Naso
Naso
Naso
Inscrit le: 17-01-2017
> Visiter le profil
Espace discussion
Bonne et Heureuse Année en Jésus-Christ!

Guadadvent va bient√īt faire peau neuve avec encore plus de services pour vous, votre famille et votre église!

Depuis le 15 Août 2016 nous avons déja reçu 2655‚ā¨
sur un objectif de 4620‚ā¨


Participez au projet "Guadadvent Production" et recevez un livre ou un album chrétien à chaque nouvelle sortie ...

Nous avons déja reçu 1965 ‚ā¨ pour un objectif de 4200 ‚ā¨.
  46.8 %